Publié le 17 Septembre 2015

Toi qui a été patient.
Toi qui a envoyé un message de rébellion devant l’arrêt de ce blog.
Toi qui me suivais et qui a l'air en manque :-)

Sache qu'après quelques mois de réflexion, et devant la pression familiale, je rouvre un blog là:

http://doradoux.fr/blog/

Tu retrouveras les anciens articles, et les nouveaux.

A bientôt !

Voir les commentaires

Rédigé par Kristell et sa tribu

Publié le 5 Février 2015

Depuis 2006, je tiens ce blog.
Ca fait presque 9 ans.
Ca fait 140 406 visiteurs uniques.
810 articles.

:-)

Je crois qu'il est temps maintenant de faire une pause. Qui durera ou non.

Depuis sa création, ce blog raconte notre vie sous les Tropiques. Tout d'abord en Guadeloupe, puis à l'île Maurice. Au fils des pages, et des mois, il a aussi été le lieu de quelques recettes de cuisine, de quelques réflexions personnelles, de quelques coups de gueule, de quelques critiques tout à fait personnelles sur les livres ou les films que j'ai aimés.

Le but était au départ de permettre à la famille et aux amis proches de suivre les enfants, de les voir grandir, de partager nos découvertes et nos déconvenues. Il a par la suite permis à notre vie sociale de décoller par l'intermédiaire de rencontres entre blogueuses. C'était essentiel pour nous d'être toujours entourés de copains, et le blog a été un bon tremplin.

Il a aussi permis à beaucoup de personnes de comprendre comment fonctionnait la vie sur les îles, et de sauter le pas à leur tour. C'est toujours très étonnant de lire en commentaire "grâce à vous, nous avons lancé le projet il y a 2 ans et nous voilà !".

J'ai toujours trouvé sur ce blog une fenêtre pour garder des liens avec mes amis laissés derrière nous et qui nous manquent beaucoup.
Et toujours beaucoup de gentillesse, de compréhension, de sympathie.

Une seule fois en plus de 8 ans j'ai supprimé un commentaire déplacé. C'est très peu.
Une seule fois aussi j'ai supprimé un de mes articles mal interprété.

Depuis, je n'arrive plus à retrouver l'envie. C'est passé. Et pour le moment, cela ne revient pas.
L'auto censure, c'est très frustrant, cela ne me ressemble plus.

Je sais que je vais faire des mécontents, désolée.
Et ceux qui veulent quand même nous suivre savent où nous trouver.

Tu trouves pas que ça fait un peu genre fin de série mélodramatique ? Oups, je m'égare ... :-)

Tu trouves pas que ça fait un peu genre fin de série mélodramatique ? Oups, je m'égare ... :-)

Voir les commentaires

Rédigé par Kristell et sa tribu

Publié le 14 Janvier 2015

Bien sur, quand j'ai écrit le premier paragraphe de mon précédent article, il n'était encore rien arrivé aux p'tits gars de chez Charlie.

J'ai l'impression que la semaine dernière était il y a 1 siècle.

Il s'est passé tant de choses depuis.... Des choses horribles, des choses merveilleuses.

Et pour la première fois depuis longtemps, je me suis sentie fière d'être française. Etre français, c'est être debout, donner son opinion, ne pas se laisser faire. C'est ce sentiment (très français comme dirait ma copine Ariane) de se sentir appartenir à une culture différente. Une exception culturelle !
Je n'en pouvais plus de voir les Français taper sur leurs voisins, défiler pour interdire les mêmes droits qu'eux à leurs concitoyens, détester et critiquer all the day.

Je sais bien que cette unité n'est qu'un leurre. Ca ne durera pas. Mais il y a des dates qui deviennent historiques, qui méritent d'être inscrites dans les livres d'histoires, et ces livres-là, nos enfants les liront. Alors c'est déjà une victoire. Le monde qu'ils fabriqueront sera aussi à l'image de l'amour et du combat. On n'est pas obligés de tout accepter.

Maintenant, il reste d'autres combats. C'est sur. Il fallait bien commencer par quelque chose.

Tant de choses ont été écrites depuis 1 semaine. Arrêtons-nous là quelques instants

Je suis Charlie.

Voir les commentaires

Rédigé par Kristell et sa tribu

Publié le 7 Janvier 2015

Bonne année 2015 à tous !

 

Qu'elle vous apporte ce que vous souhaitez.

 

Mais les souhaits, c'est comme la liberté, il ne faut pas en priver les autres. Donc si votre souhait n° 1 est qu'une explosion détruise votre lieu de travail pendant les 6 premiers mois de l'année, ce n'est pas bien.
Et cela fonctionne aussi pour les propos racistes, les mensonges, le vol et l'intolérance (ha bon, je viens de décrire certaines personnes en poste dans la politique française ? Pas fais exprès...)

 

On peut se souhaiter juste du bonheur. Mais attention, terrain miné ! Le bonheur, tout le monde vous le souhaite, et quand ça vous arrive, on vous déteste pour ça. Alors si vous vous sentez heureux, fermez vos dents et savourez.

Faire des voyages ! Parce que les voyages, ça forme la jeunesse, même quand on est vieux. 

Lâcher la grappe à nos enfants ! Laissons-les s'ennuyer, inventer, créer, jouer. Pas de crise de nerfs quand ils font des trucs salissants, quand ils ne ramènent pas la meilleure note à l'école, quand ils font semblant d'être malades pour ne pas y aller.
On s'asseoit à côté d'eux et on discute vraiment avec eux, on les écoute, mais aussi on respecte leur envie de ne pas parler des fois (comme nous un peu non ?).

On se remet au sport (ou on se met au sport tout court). Je n'ai pas fait plus de 2h de sport pendant 2014 en mettant toutes les minutes bout à bout. C'est mal. Surtout qu'en 2014, j'ai perdu 14 kilos. Alors si je ne veux pas que la gravité me rattrappe trop vite, je dois faire quelque chose. Donc c'est décidé ! (j'adore le dire avec le ton de la fille qui en impose, ça fait vraiment illusion !)

Avoir la positive attitude. C'est tout un art de vivre, ça se cultive, ça s'apprend. Et ça s'entretient ! Moi je l'ai (oui oui, je le dis là carrément) mais elle est souvent mise à mal.

Lire ou relire les Accords Toltèques.

Et laisser un peu d'incertitude, d'improvisation et de folie....

Bonne santé les gens !


 

Voir les commentaires

Rédigé par Kristell et sa tribu

Publié le 31 Décembre 2014

Difficile de ne choisir qu'un événement par mois pour illustrer 2014. 
Il y a eu des mois très chargés et des mois plutôt tranquilles. 

 

Alors voici une petite restropective de notre année.

Janvier, notre voyage à la Réunion.

Janvier, notre voyage à la Réunion.

Février: Le cyclone Edison.

Février: Le cyclone Edison.

Mars: l'île au cerfs entre amis.

Mars: l'île au cerfs entre amis.

Avril: Fête à China town avec les cousins du Berry.

Avril: Fête à China town avec les cousins du Berry.

Mai: L'hiver arrive, avec ses couleurs ... automnales...

Mai: L'hiver arrive, avec ses couleurs ... automnales...

Juin: Un bachelier.

Juin: Un bachelier.

Juillet: Des vacances dans le Berry.

Juillet: Des vacances dans le Berry.

Août: Des vacances en Bretagne.

Août: Des vacances en Bretagne.

Septembre: On s'habitue à la nouvelle maison.

Septembre: On s'habitue à la nouvelle maison.

Octobre: l'été arrive, les apéros plage reprennent.

Octobre: l'été arrive, les apéros plage reprennent.

Novembre: Les copains, le soleil, les jeux.

Novembre: Les copains, le soleil, les jeux.

Décembre: Le bonheur de revoir son grand frère, le bonheur des fêtes de fin d'année, le bonheur tout court.

Décembre: Le bonheur de revoir son grand frère, le bonheur des fêtes de fin d'année, le bonheur tout court.

Voir les commentaires

Rédigé par Kristell et sa tribu

Publié le 15 Décembre 2014

Nos premiers touristes de la saison sont arrivés, et à peine débarqués, nous les emmenons au coeur du Maurice traditionnel, en visitant une usine à sucre, en activité.
Difficile d'imaginer qu'il faut toute cette transformation pour obtenir le sésame adoré par tous.

L'usine fonctionne à plein régime, nous sommes en pleine période de coupe, et elle va durer jusqu'en février cette année.

L'usine est équipée d'une centrale où la bagasse est utilisée pour faire de l'électricité. La bagasse étant le résidu de la canne à sucre dont on a extrait le suc.

La canne à sucre, c'est l'histoire de Maurice. Flacq, ville où se trouve l'exploitation sucrière, tient son nom des Hollandais. Depuis cette époque lointaine déjà, la canne a été la ressource mise en avant. Les temps ont changé, le goût du sucre non.

 
La canne arrive par camions remplis à ras bord. Elle est déversée sur le tapis qui l'emmènera dans l'usine pour subir ses premières transformations.
La canne arrive par camions remplis à ras bord. Elle est déversée sur le tapis qui l'emmènera dans l'usine pour subir ses premières transformations.
La canne arrive par camions remplis à ras bord. Elle est déversée sur le tapis qui l'emmènera dans l'usine pour subir ses premières transformations.

La canne arrive par camions remplis à ras bord. Elle est déversée sur le tapis qui l'emmènera dans l'usine pour subir ses premières transformations.

Un univers industriel, à la fois moderne et ancien, étouffant, bruyant (et Ronan rajouterait puant).
Un univers industriel, à la fois moderne et ancien, étouffant, bruyant (et Ronan rajouterait puant).
Un univers industriel, à la fois moderne et ancien, étouffant, bruyant (et Ronan rajouterait puant).
Un univers industriel, à la fois moderne et ancien, étouffant, bruyant (et Ronan rajouterait puant).
Un univers industriel, à la fois moderne et ancien, étouffant, bruyant (et Ronan rajouterait puant).

Un univers industriel, à la fois moderne et ancien, étouffant, bruyant (et Ronan rajouterait puant).

Et Ô miracle, le sucre s'écoule comme une rivière (où l'on a plongé bien sur)

Et Ô miracle, le sucre s'écoule comme une rivière (où l'on a plongé bien sur)

La soirée ne serait pas complète sans un petit restaurant typique, avec de vrais produits mauriciens, des plats locaux, pour des petits prix (le coca-cola est vendu au même prix qu'au supermarché, on ne voit pas ça partout).

 

Un tour à l'usine
Un tour à l'usine
Un tour à l'usine
Un tour à l'usine
Un tour à l'usine
Un tour à l'usine

Voir les commentaires

Rédigé par Kristell et sa tribu

Publié le 27 Novembre 2014

Cette année, à l'école à la maison, Ronan a une petite camarade de classe.
Elle a 9 ans, elle est avec nous depuis septembre, elle vient tous les matins.

Dès le premier jour, le ton était donné. Ronan lui a expliqué:
"toi, t'es une fille, et tu sais, j'ai pas de copains filles (on dit copines mon fils, ndlr), et mon meilleur ami s'appelle Noah, et je ne sais pas s'il apprécierait que j'ai un copain fille, mais bon, c'est pas si grave, je t'apprendrai à jouer aux zombis".

Ilona est une adorable petite fille, mais faut pas la chercher non plus. Donc de se défendre:
"Ben moi j'ai un frère, je sais très bien jouer comme un garçon, je grimpe aux arbres et je sais que le Père Noël n'existe pas !"

 

Bon.

 

Voilà.

 

C'est ainsi.

 

Bien sur, pas la peine de s'enfoncer dans un empiètrement de contre-exemples. La phrase que tous les parents connaissent, et appliquent est "et toi, tu en penses quoi ?"
Bon, sauf qu'on ne la fait pas à Ronan. Non non non, toi, dis-moi.

Alors j'ai dit.

Après quelques pleurs, quelques jours de petits coups de blues, il y a eu la fameuse question que tous les parents redoutent: "mais pourquoi tu m'as dis que le Père Noël apportait les cadeaux s'il n'existe pas ?"

 

Je vais t'expliquer mon fils, mon petit trésor, ma cerise sur le gâteau, mon dernier à y croire, mon bonus of my life.

 

Quand on va au cinéma, voir ... genre .... le dernier pixar. Est-ce que j'ai besoin de te dire que ce n'est pas la réalité ? Quand je te lis une histoire le soir, est-ce que je m'arrête à chaque page pour te rappeler que c'est pour de faux tout ça ?

Vois-tu, mon enfant, dans la vie, il y a la Vie, et il y a ce qui en fait le sel, le plaisir, la magie. Vivre sans magie, c'est comme ne pas vraiment vivre. Un enfant a le droit, et ses parents en ont le devoir, de laisser leur enfant être un enfant. 
Un enfant comme toi aime imaginer, se raconter des histoires, s'inventer des choses. Et son imaginaire, plus il est important, plus il sera plus tard un créatif, un inventeur, un rêveur (que c'est bon d'être un rêveur !). Le Père Noël, c'est une magnifique magie, un beau secret, le merveilleux monde de l'enfance.
Ne pas croire au Père Noël, c'est ne pas vraiment être un enfant complet. Et tu sais, si partout dans le monde les enfants croient à des choses qui n'existent pas vraiment,  il est difficile de croire que tous leurs parents se trompent.

Et il y a encore autre chose....

Quand on reçoit un cadeau à Noël (ou 4, me rappelle Ronan. Oui, 4 ça arrive aussi, chanceux !), on n'est pas OBLIGE de remercier. Pour les parents, les grands-parents, les oncles et tantes, c'est un sacré challenge: ne pas exiger de MERCI. 
C'est un cadeau juste pour faire plaisir, sans raison, qui tombe du ciel (enfin, du traîneau) et c'est la fête des enfants. Comment voulais-tu mon enfant, que je te prive de cette fête universelle des enfants ? Cela aurait été bien égoïste de ma part.

Ce n'est pas un mensonge mon chéri, c'est de la magie. Tu y avais droit. 
Maintenant, grâce à cela, tu vas grandir un peu plus, car tu es maintenant le gardien de cette magie, pour les plus petits que toi, qui y ont droit aussi. Parce que cela ne serait pas juste de les priver de cela.

 

Et tu sais quoi ?

 

Le Père Noël, il existe. Pas sous forme de rennes, de lutins ou de traîneau. Non, sous forme d'amour. C'est celui de tes parents, qui avaient envie de mettre de la magie dans ta vie. Et aussi parce que si on fait des pains d'épices ensemble, des décos de Noël, si on fait le sapin ensemble, on va faire de la magie, je te jure !

Je t'aime mon chéri mais maintenant, tu comprends pourquoi tu n'auras pas ta PS3 à Noël. Parce que en fait, c'est MOI qui décide ;-)

Voir les commentaires

Rédigé par Kristell et sa tribu

Publié le 16 Novembre 2014

Et cela se passait à Bras d'Eau, en face du Prince Maurice, un des plus beaux hôtels de la côte Est. Et tu sais quoi ? Le Prince Maurice, il est juste en face de chez nous. Et donc t'as compris ? Ben ouais, on était aux premières loges. Terrible !

 

C'était magnifique ! Jeudi, Bras d'Eau, si paisible et si sauvage, était devenu l'endroit qui concentrait le plus d'embouteillages de l'île :-)

Alors je te dis pas samedi. Heureusement, les copines et les copains qui nous ont rejoint se sont garés dans le jardin, et on a eu juste besoin de marcher 3 mns sur la plage.

Difficile de prendre en photos des feux d'artifice. Là, il faut les compétences de mari-photographe. Et puis il faut en faire 100 pour en avoir 3 de bien. Spagrave ! On vous montre quand même:

Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)
Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)
Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)
Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)
Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)
Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)
Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)
Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)
Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)
Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)
Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)
Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)
Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)
Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)
Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)
Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)
Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)

Jeudi, la Chine. (Pour l'Australie, nous avons dû abandonner notre voiture et l'appareil photo sur la plage, impossible de bouger)

La France.
La France.
La France.
La France.
La France.

La France.

Voir les commentaires

Rédigé par Kristell et sa tribu

Publié le 8 Novembre 2014

Pour mon anniversaire, j'ai eu un téléphone de grande !
IL PREND DES PHOTOS !

Nan mais je sais bien que ce n'est un scoop pour personne, que tout le monde a ça, que je suis la fille la moins téléphono-connectée du monde (au moins du monde de Maurice de mon quartier), mais moi je découvre le bonheur de pouvoir PRENDRE UNE PHOTO comme ça, à l'arrache, dans ma vie de tous les jours, sans sortir l'énormissime appareil réflex toussa toussa.
Parce que les petites photos du quotidien, ce ne sont pas les oeuvres d'art de mon mari, mais parfois de petits clin d'oeils sympas qui me font sourire et que j'aimerais partager.

 

Alors attention, spoiler: 
Je vais vous raconter ma life, dans ces petits délires qui ne font marrer que moi souvent (je me marre souvent toute seule), et qui n'ont pas d'intérêt touristique, ni personnel, ni familial, ni philosophique .... Donc si tu n'y vois pas d'intérêt, considère que je le sais déjà et passe ton chemin :-) Mais si t'es pas un voyeur, sors de ton sous-marin et mets moi un petit commentaire. Juste parce que ça fait plaisir. Ouais, juste pour ça.

 

Donc le mercredi, c'est ma journée taxi-mum.
Je monte dans ma voiture à 13h, et j'en redescends à 17h. Rien que du bonheur ! Bien sur, les pauses ne sont pas pour aller me dorer sur une plage (et c'est comme ça qu'on entend début juillet, en arrivant à Paris: "t'es pas très bronzée quand même pour une fille qui vient des Tropiques". Ben non, j'ai pas les moyens de me payer des vacances à Maurice moi ! Et j'ai pas non plus le temps, tout comme toi, de passer mes journées allongées au soleil. - pis en plus en juin, c'est l'hiver à Maurice alors on bronze moins bien à travers un pull - et chui pas con, le soleil, ça donne le cancer, je me protège banane !) mais bien pour mon job de TBF (technicienne du bonheur familial). 

 

En gros... faire les courses (moins glamour d'un coup non ?)

 

Donc c'est déposer Ronan au cours d'Echecs, aller acheter les fruits et légumes, aller chercher Ronan, lui mettre ses put**** de chaussures de foot que même avec BAC + 4 en foot, t'y arrives pas sans dire quelques gros mots, déposer Ronan au foot, aller faire les grosses courses, aller chercher Ronan, rentrer à la maison.

 

Le mercredi, c'est youpi (et c'est la même le vendredi).

 

Bon, quel rapport avec le téléphone qui fait des photos ? Aucun.

 

Sauf que maintenant, je peux en prendre discrêtement dans les magasins sans avoir l'air d'une touriste égarée au rayon des ananas.

 

Et donc, je l'ai fait !!!! Délire non ?

 

Le rayon sauce soja est aussi grand que celui de riz. C'est un condiment largement utilisé. D'ailleurs, je ne sais pas si je saurais m'en passer maintenant. Et il en existe vraiment beaucoup de variétés, avec des goûts différents.

Le rayon sauce soja est aussi grand que celui de riz. C'est un condiment largement utilisé. D'ailleurs, je ne sais pas si je saurais m'en passer maintenant. Et il en existe vraiment beaucoup de variétés, avec des goûts différents.

Ici, on peut choisir ses graines, ses bonbons, ses épices au poids.

Ici, on peut choisir ses graines, ses bonbons, ses épices au poids.

La calebasse ici, se mange. Ce n'est pas du tout le même fruit qu'en Guadeloupe, où il ne viendrait jamais à l'idée à quelqu'un de le manger. En Guadeloupe, on les vidait, on faisait sécher la coque, et elle devenait dure comme le bois. Ainsi, on pouvait la sculpter, la graver, en faire des pots... Ici, la calebasse est consommée comme une courgette, et en a le goût.

La calebasse ici, se mange. Ce n'est pas du tout le même fruit qu'en Guadeloupe, où il ne viendrait jamais à l'idée à quelqu'un de le manger. En Guadeloupe, on les vidait, on faisait sécher la coque, et elle devenait dure comme le bois. Ainsi, on pouvait la sculpter, la graver, en faire des pots... Ici, la calebasse est consommée comme une courgette, et en a le goût.

Les jus de fruits frais des vergers du domaine de La Bourdonnais. Ananas, fruits exotiques, papaye...

Les jus de fruits frais des vergers du domaine de La Bourdonnais. Ananas, fruits exotiques, papaye...

Les brèdes. De toutes sortes. Ce sont les feuilles que l'on mange. Il y a les brèdes chouchou (christophine en Guadeloupe), les brèdes épinards, les brèdes tom pouce, etc. La cuisson traditionnelle est Lé toufé (à l'étouffée).

Les brèdes. De toutes sortes. Ce sont les feuilles que l'on mange. Il y a les brèdes chouchou (christophine en Guadeloupe), les brèdes épinards, les brèdes tom pouce, etc. La cuisson traditionnelle est Lé toufé (à l'étouffée).

Bien sur, le piment ! Partout et de toutes les formes.

Bien sur, le piment ! Partout et de toutes les formes.

Le rayon pâtisseries indiennes. Alors c'est très coloré, très attractif. Mais...heu.... comment dire... c'est pas de la pâtisserie française quoi ! Souvent à base de lait concentré sucré, sans oeuf, un seul suffit à te nourrir pour la journée.

Le rayon pâtisseries indiennes. Alors c'est très coloré, très attractif. Mais...heu.... comment dire... c'est pas de la pâtisserie française quoi ! Souvent à base de lait concentré sucré, sans oeuf, un seul suffit à te nourrir pour la journée.

Mangues et ananas. Et on attend le début de la saison des leetchis, qui ne devrait plus tarder.

Mangues et ananas. Et on attend le début de la saison des leetchis, qui ne devrait plus tarder.

Le rayon gâteau "à la française". Plein de couleurs, pas chers du tout, mais encore une fois, rien à voir.  Je ne les trouve pas mauvais, je trouve juste qu'ils ont tous le même goût.

Le rayon gâteau "à la française". Plein de couleurs, pas chers du tout, mais encore une fois, rien à voir. Je ne les trouve pas mauvais, je trouve juste qu'ils ont tous le même goût.

Allez, la prochaine fois, je t'emmènerai au marché !

Voir les commentaires

Rédigé par Kristell et sa tribu

Publié le 6 Novembre 2014

C'est une tradition familiale. A 8 ans, on a le droit de faire son baptême de plongée. En plus d'être une tradition familiale, c'est la loi. Morgane a fait son baptême le jour de ses 8 ans également, dans la Réserve Cousteau, en Guadeloupe.
Pour Ronan, ce sera quelques jours après ses 8 ans, météo oblige, et au large de Trou aux Biches, à Maurice.

Il avait des copains avec lui pour l'accompagner, et son papa comme moniteur.

Equipés.

Equipés.

Les recommandations d'usage, à bien respecter.

Les recommandations d'usage, à bien respecter.

Parés !

Parés !

Il faut se jeter à l'eau.

Il faut se jeter à l'eau.

Et c'est parti !

Et c'est parti !

Morgane avait accompagné les petits.

Morgane avait accompagné les petits.

Baptême de plongée de Ronan

Voir les commentaires

Rédigé par Kristell et sa tribu